• Accueil  /
  • Pub en ligne   /
  • Adidas fait promouvoir ses nouvelles baskets par un mannequin qui ne s’épile pas les jambes

Adidas fait promouvoir ses nouvelles baskets par un mannequin qui ne s’épile pas les jambes

4/5 pour cette publicité d’Adidas qui s’amuse à casser les codes et les stéréotypes de beauté. Pour sa nouvelle collection de baskets, Adidas a décidé de mettre en scène plusieurs « icônes de demain ». Parmi les heureux élus qui ont pu porter les toutes premières Superstar Original 80 de la marque, il y a Arvida Byström, une jeune mannequin et artiste d’origine suédoise. Cette dernière a créé une grande polémique sur la toile en dévoilant des jambes non épilées dans le spot publicitaire.

Dans une courte vidéo, Arvida Byström pose fièrement avec les belles baskets d’Adidas tout en expliquant ce que la féminité représente pour elle. Mais voilà, ce sont ses jambes non épilées qui ont attiré l’attention des internautes et non ses belles paroles. Depuis la diffusion du spot, les commentaires haineux et dégoutés se sont succédés : « Va te raser », pouvait-on lire, « Dégueulasse, vraiment dégueulasse », ou encore « Je ne porterai jamais d’Adidas ». Certains auraient même menacé la jeune femme de 25 ans de mort et de viol.

Des réactions violentes, auxquels Arvida Byström a décidé de répondre sur son compte Instagram. « Ma photo pour la campagne Adidas a reçu pas mal de commentaires négatifs la semaine dernière » avait-elle posté. « Je suis blanche, en bonne santé, il n’y a que mes poils qui divergent de la norme… J’ai même reçu des menaces de viol. Je n’imagine même pas ce que ça fait d’exister dans ce monde sans avoir tous mes privilèges. Je vous envoie tout mon amour et rappelons-nous que tout le monde n’a pas la chance de vivre les mêmes expériences en tant qu’individu ».

SUMMARY

Avec ce spot très féministe, Adidas fait actuellement un énorme bad buzz. La publicité est sur toutes les lèvres, on retrouve la jeune Arvida Byström partout sur la toile. Est-ce un flop pour la marque ? L’intention de cette dernière était pourtant bonne, le court-métrage a en effet le mérite de bousculer tous les codes de beauté, et devrait au contraire rassurer les femmes qui ne peuvent ou ne veulent s’épiler les jambes. Il semblerait pourtant que les stéréotypes ne soient profondément ancrés dans la société qui pense que poils et féminité ne vont pas du tout pas ensemble.

Laisser un commentaire